Vous êtes investis dans des projets de l'écologie locale, vous avez des réflexions de fond à nous soumettre, cette page est ouverte à vos échos, vos écrits, pour des propositions positives, écologiques et solidaires. 

Merci d'envoyez vos compositions signées à echos@aube-ecologie.fr 

_____________________________________________________________________________________________

Cynthia Fleury, philosophe, montre comment les enjeux écologiques doivent nous faire réinventer nos institutions démocratiques.

_____________________________________________________________________________________________

Ville en transition, associatifs et politiques ensemble...

Les récents succès du parti écologique historique ne doivent pas faire oublier que l'écologie politique n'est pas de donner un coup de volant à gauche ou à droite pour éviter momentanément la catastrophe environnementale. Ni "doux rêveurs", ni "écolos bobo", des habitants lucides et responsables soutenus par des élus locaux,  construisent depuis longtemps et avec enthousiasme, une autre voie en n'oubliant personne au bord de l'ancienne route.

Mener des projets locaux, ensemble, n'a rien d'une révolution en soi. Cependant, quand un groupe d'habitants motivés partagent leurs connaissances pour planter des légumes, cuisiner, bricoler ensemble, créer leurs vêtements, réparer leurs vélos, leurs appareils électroménagers, nettoyer et embellir un espace de nature urbaine, concevoir des fêtes et des spectacles, etc..., ils inventent des solutions collectives, responsables, humaines et économes qui conduisent sur un chemin citoyen et éthique et ils nous donnent envie d’emboîter le pas.

Un exemple simple : faire un gâteau, avec les enfants. C'est partager un savoir faire, expliquer les bons gestes pour économiser l'énergie et l'eau, c'est un prétexte aussi pour parler de la grand mère, de sa recette et des traditions, c'est utiliser des produits alimentaires simples et sains et ça produit en finalité moins de déchets, moins d'emballages ... évidemment il faut du temps!  Mais passer du temps à cuisiner ou à réparer le vélo avec ses enfants, c'est du temps de repris sur les écrans, surtout quand chacun a le sien, grevant au passage le budget familial.

La vertu de ces expériences familiales, locales, citoyennes est de faire découvrir que nous pouvons nous évader de la prison de la consommation aveugle. Exister en tant que citoyen ne se résume pas à pouvoir acheter sinon les plus pauvres n'auraient pas le statut de citoyens . L'ont-ils vraiment en fait ?

Et alors, le rôle d'un élu écologiste, dans cette affaire ?  Eh bien, il a le devoir d'éclairer ce nouveau chemin, moins marchand et plus citoyen, le devoir de favoriser le passage de l'économie à l'écologie, du "quantitatif" au "qualitatif" et de favoriser le questionnement sur l'utilisation responsable du bien commun .

Il n'est pas question de refuser la technologie ni l'économie marchande, le progrès est utile voire indispensable pourvu qu'il réponde explicitement à un besoin humain, qu'il favorise l'accès aux droits, à la santé, à l'éducation, à la culture, alors qu'actuellement le marketing est au service de l'extrême violence des profits privés, indécents et destructeurs et rend addictes et esclaves ses clients captifs.

Il est question, pour un élu écologiste, de redonner aux citoyens, aux habitants, les moyens de décider des nouveaux modes de gestion des ressources collectives, en eau, en énergie, d'imaginer une nouvelle organisation des déplacements, de créer de la production alimentaire locale, etc...,  en visant l'autonomie et en protégeant ses semblables les plus démunis.

Dans le jargon médiatique, j'entends souvent parler les journalistes "d'écologie punitive", expression cachant l'incapacité des médias, j'oserais dire l'incompétence à traiter des sujets d'écologie politique souvent techniques et compliqués. Mais n'est-ce pas le rôle des journalistes de justement de nous éclairer sans radicaliser les propos.

Associatifs, collectifs, politiques, à nous de construire une qualité de vie loin des performances de croissance et de surconsommation, profitons de la nature en la respectant, jouons collectif, soyons curieux, exigeants, inventifs, motivés et solidaires, aujourd'hui, Demain et Après Demain *.

* En référence aux films et  documentaire de Cyril Dion et Mélanie Laurent

JP Braun, Président d'Aube Ecologie, Elu local à La Chapelle Saint Luc

_____________________________________________________________________________________________

Partager cette page

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :